Julie Sévilla Fraysse



 Violoncelliste française née en 1988, Julie Sévilla Fraysse est une artiste qui se produit en soliste à travers le monde tout en se consacrant également beaucoup à la musique de chambre . Elle est également membre de l’Orchestre de l’Opéra de Paris.
Julie a récemment joué le concerto d’Elgar ainsi que ceux de Schumann et de Dvorak avec l’Orchestre Symphonique d’Hidalgo au Mexique. Elle a aussi interprété le concerto de Saint-Saëns avec l’Antwerp Symphony Orchestra à la Salle Flagey de Bruxelles.
En 2013, Julie a joué les Variations Rococo de Tchaikovsky aux Rencontres de Violoncelle de Bélaye, concert retransmis sur France Musique. C’est en 2015, qu’elle choisit d’enregistrer la Sonate pour violoncelle seul opus 8 de Zoltan Kodaly dans son premier album « Folklore » sous le label Klarthe et ce grâce au soutien de la Fondation Banque Populaire dont elle avait été lauréate en 2013.
Son parcours amène Julie, originaire de Nice, à étudier à l’Academie Rainier III de Monaco, puis à intégrer à 17 ans le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Roland Pidoux. Elle séjourne ensuite à la Juilliard School de New York avant d’être artiste résidente à La Chapelle Musicale Reine Elisabeth en Belgique auprès de Gary Hoffman.
Passionnée de musique de chambre, Julie s’est produite auprès de grands artistes tels qu’Abdel Rahman El Bacha, Régis Pasquier, Nicolas Angelich, Gary Hoffman. Elle a joué dans diverses formations, notamment le Trio Werther. Cet ensemble, avec lequel elle s’est produite au Festival de la Roque d’Anthéron, a remporté le Prix de la Presse au Concours de Musique de Chambre de Lyon en 2011. Elle se consacre régulièrement à un répertoire de sonates avec son amie Maria de la Pau Tortelier, fille de Paul Tortelier. Julie fait partie du Trio Klimt et forme également un duo avec le jeune danseur Yann Antonio.
Grâce à l’Institut Français de Pointe Noire, Julie a participé à deux tournées au Congo au sein du quatuor Arc’en Cello, puis à une tournée au Maroc sous l’égide de l’Institut Français d’Agadir.

IMG_1050